Point hebdomadaire
Accueil ActualitésPoint hebdomadaire 21 Juillet 2014

Le Point hebdomadaire du 21 Juillet 2014


bouton-article

Une situation économique compliquée en Europe

Les indicateurs économiques publiés au cours de la semaine passée dans la zone euro tendent vers un ralentissement de la croissance au second trimestre par rapport au premier trimestre.

Toutes les données, enquêtes et chiffres, sont en net repli par rapport à leur niveau atteint fin 2013. La production industrielle s’affiche à 0,5 %, en variation annuelle, au mois de mai, contre 2,8 % en novembre dernier ; l’indice ZEW ressort à 27 en juillet contre plus de 60 en début d’année ; les ventes au détail sont en baisse en avril et mai.

Cette décélération, caractérisée par des surcapacités de production, a un impact sur l’inflation qui s’affiche en très faible hausse, 0,5 % en juin contre 0,8 % fin 2013 et 2 % début 2013. Plus inquiétant encore, le nombre de composants du panier HICP (Harmonised Index of Consumer Prices, calculé par Eurostat) en déflation est en hausse importante depuis le début d’année (30 % en juin contre 20 % en décembre 2013). Contrairement aux attentes de la BCE, le rebond de l’inflation risque de ne pas se matérialiser dans un futur proche.

Evolution de la production industrielle dans la zone euro, de l’indice ZEW et impact sur le PIB

Une situation économique compliquée en Europe

Les autres points clés de la semaine

La descente aux enfers de Banco Espirito Santo se poursuit (2,2 Mds de capitalisation boursière contre plus de 6 Mds en juin). L’exposition de la banque aux holdings du groupe Espirito Santo, actionnaires de l’établissement financier, s’élève à plus de 2 milliards, menaçant sa pérennité.

Les statistiques américaines ressortent en ligne avec une croissance modérée au T2, qui s’annonce décevante par rapport aux attentes des économistes. L’immobilier reste le principal point négatif, avec des demandes de permis de construire et des mises en chantier globalement stables depuis début 2013 (environ 1 million en rythme annuel contre plus du double au milieu des années 2000).

Les marchés actions européens et américains sont stables, faisant fi de la dégradation de la situation géopolitique au Moyen-Orient et en Ukraine, tandis que les valeurs refuges (Or, obligations souveraines, indice Vix) s’affichent en hausse.

Aurélien Blandin
Gérant